LE COIN FRANÇAIS à ITAMAR du 11 OCTOBRE 2013

Parachat Lech Lecha est toujours aussi particulière pour la communauté d’Itamar . Nous sommes situés au même endroit que Abraham et Sarah ont foulé lorsqu’ils sont entrés dans la Terre d’Israël. La portion de la Torah de cette semaine est un témoignage perpétuel de notre héritage éternel de la terre d’Israël , de son cœur ( géographiquement ) et de son âme               ( spirituellement )  Nous voulons adresser une invitation à tous nos chers amis à venir et à expérimenter de première main l’histoire biblique de nos ancêtres se matérialisant dans la vie ici et maintenant. Il n’est pas concevable ni acceptable que d’autres pays puissent forcer Israël à renoncer à l’artère principale de son corps, ce qui signifierait un suicide et une négation de l’identité de chaque personne juive partout dans le monde où ils se trouvent. Heureusement, la Torah nous ordonne de se rappeler chaque année des lieux qui ont été les pierres de soutènement de la formation d’Am Yisrael .IMG_4648

 

Malheureusement, le terrorisme est à nouveau en hausse en
Israël. Au
cours du dernier mois seulement, il y a eu quatre incidents graves qui ont
laissé trois morts et un blessé du fait des terroristes. Il est donc clair que
chaque fois qu’Israël commence une nouvelle série de «pourparlers de paix » , il
y a automatiquement une explosion du terrorisme. Le gouvernement d’Israël n’a
malheureusement pas encore appris la leçon du passé. Les meurtriers sont
libérés , la terre est donnée pour rien en retour et la violence est à la
hausse. Ici, à Itamar nous sommes maintenant en état ​d’alerte
maximum  et nous avons besoin d’une autre
caméra de surveillance. Nous avons besoin de douze mille dollars pour compléter cet achat
important. Toute personne qui peut vous aider dans ce projet de sauvetage de
vies humaines sera grandement béni.security needs

Ce week-end nous célébrons la bar-mitsva des familles Ronsky et Deri – Mazal Tov!

La huppe fasciée en vacances à Itamar ! Et vous c’est pour quand ?

 

 

Israël est le centre du monde, reliant à la fois l’Asie, Afrique et l’Europe. Lors de la migration d’automne, un nombre incroyable d’ oiseaux survolent Itamar et sa région. Le bel oiseau ci-dessus aimait se percher ici sur un arbre peu de temps avant de repartir vers le sud pour y passer l’hiver. IMG_5249

 

Profitez de la vie !   et assister à la leçon –en anglais- de Rabbi Goldsmith : lien vidéo

 

Watch Rabbi Goldsmith’s new lesson for the week.

 

PORTRAIT D’UN OISEAU LEGENDAIRE par Ilan Braun

 

 

 

extrait de The Animal World of the Bible –Dr. Yehuda Feliks- 1962

 

 

 

La huppe fasciée est un oiseau remarquable par son plumage  bigarré et contrasté de noir, de blanc et de roux. Mais c’est surtout sa huppe qui déployée comme un éventail qui retient toute notre attention. Son long bec incurvé sert à déloger les insectes sous l’écorce des arbres ou dans la végétation. Son vol est lui aussi particulier, gracieux et ondulant tandis que son cri typique lui a donné son nom en diverses langues : un ou-pou-pou  sonore.

 

En Eretz Israel la « doukifate » est plutôt commune et vit dans tous les milieux possédant de la verdure -et Itamar n’en manque nullement ! – On la retrouve dans le Pentateuque : une fois dans le Lévitique (11 :19) et une autre fois dans le Deutéronome (14 :18) et mentionné comme oiseau non cachère. Le Talmud en certains passages le nomme « coq sauvage. »

 

L’espèce niche souvent dans le creux d’un vieil arbre et il est connu que son nid soit empuanti par ses fientes, d’où la légende répandue dans tout le Moyen-Orient, que l’oiseau ainsi cache un trésor immensément précieux !

 

Il n’est pas du tout surprenant de pouvoir observer cet oiseau tant au bord de la Méditerranée que dans les collines et les montagnes d’Israël comme ici à Itamar. Un passage curieux du Talmud nous révèle quelques uns de ses secrets : la doukifate serait le gardien du ver légendaire, le « shamir » qui tailla les pierres massives utilisées à la construction du Temple. Ainsi on attribua à l’oiseau un autre nom, bien plus évocateur, celui de « nagar toura » signifiant « qui taille à travers la montagne » !

 

 

Le Talmud pose la question : « Que fait l’oiseau avec le shamir ? »

Il le prend et l’emmène jusqu’à une montagne où il n’y a pas de cultures et le place au bord d’un rocher qui par la suite se fend (sous l’action du shamir), puis il (l’oiseau) prend des graines d’arbres, les apporte, les jette dans la fissure du rocher, et là les choses poussent. Serait-ce un oiseau écologique ? Assurément il doit travailler (bénévolement) pour le KKL !

 

On peut lire ailleurs une autre merveilleuse histoire dans laquelle le Roi Salomon qui voyageant sur son tapis volant fut menacé d’être consumé par l’ardeur du soleil et ne fut sauvé que grâce à l’intervention d’une multitude de huppes qui s’interposa entre le Roi Salomon et le soleil pour lui faire de l’ombre.

 

Plein de gratitude, ce dernier promit de leur offrir la récompense qu’ils  désiraient. Après un conseil qui dura trois jours, les huppes demandèrent au roi de décorer les têtes de toutes les huppes avec une couronne d’or étincelante. Avant toute chose le roi les avertit de leur vanité mal placée. « Je dois vous avertir que l’admiration crée souvent la jalousie mais chose promise, chose due. «  Elles eurent toutes leur couronne d’or.

 

Hélas rapidement les chasseurs vinrent et en tuèrent beaucoup puis ce fut le tour des piégeurs qui placèrent dans des cages des miroirs : les stupides huppes succombèrent à leur propre vanité et se retrouvèrent piégées puis vendues comme des bijoux ailés à travers le monde. Leur nombre diminuait à vue d’œil.

 

Le roi des huppes totalement affolé par ces catastrophes à répétition demanda audience à Salomon pour se lamenter de la situation de son peuple : « Qu’as-tu fait ? Pour le bien tu nous a apporté le mal. Avant nous étions tranquilles mais désormais nous sommes en train d’être détruits et de disparaître ! »

 

Le Roi Salomon répondit : « Je vois que certaines créatures sont incapables de choisir le meilleur pour elles-mêmes et qu’il est nécessaire pour de sages souverains de les aider à choisir ! Je suggère donc que toutes les couronnes d’or soient changées en couronnes de plumes.  Puis tournant sa bague miraculeuse il prononça les mots requis, et le prodige fut réalisé.

 

Les huppes dirent alors : « Combien est sage et grand Salomon le Roi –il nous a donné la chaleur et la sécurité. »

 

 

Note : inspiré par un texte écrit par le Rabbi Shlomo P. Toperoff dans son ouvrage « The Animal Kingdom in Jewish Thought » 1995. Jason Aronson.  Et par l’ouvrage du Dr. Feliks « The Animal World of the Bible » 1962. Sinai, Tel Aviv

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *